lundi 16 décembre 2019

« Le développement des énergies renouvelables ne sert pas à réduire les émissions de CO2 » - le Président de la CRE (Commission de la Régulation de l’Energie)

Voilà qui s’appelle un document-événement ! Nul ne peut en douter à la lecture du rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée Nationale sur "l'impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l'acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique", Commission présidée par Julien Aubert (LR) avec, comme rapporteur, Marjolaine Meynier – Millefert (LREM). Des plus passionnants, ce rapport parlementaire ne cesse de donner lieu à des commentaires et des « révélations ».

Aux yeux de la DDME, notre association, ce document fort instructif a, notamment, le mérite d’annuler un argument majeur d’EDF R, le promoteur du projet d’implantation d’une quarantaine d’éoliennes de 180m de hauteur dans les marais de l’estuaire de la Gironde.
Cet argument, selon lequel un tel projet s’inscrirait dans l’action à entreprendre pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre, est désormais tenu par tous comme irrecevable. Un expert aussi avisé que Jean-Francois Carenco (1), président de la CRE, en convient lui-même. On peut lire son propos à ce sujet en page 11 du rapport de la commission parlementaire, notamment :
“Le développement des énergies renouvelables électriques ne sert donc pas à réduire les émissions de CO2. Il faut le rappeler car on dit beaucoup de mensonges à ce sujet…”
Extrait de la page 11 du rapport :
oooOooo


Mme Meynier Millefert, Rapporteur de la Commission d’enquête indiquait de son côté au « Colloque National Eolien 2019 »  (extrait) :
"Quand on a 80 % des gens qui vous disent que le développement des ENR électriques en France soutient la décarbonation et finalement la transition écologique, je pense que ce n’est pas bon non plus, parce que le jour où les gens vont vraiment comprendre (que cette transition énergétique ne sert pas la transition écologique) vous aurez une réaction de rejet … disant « mais vous nous avez menti, en fait » ...."
Voir la vidéo en cliquant ICI
oooOooo

Déjà, Julien Aubert, Président de la Commission d’enquête, déclarait lors d’une question au gouvernement le 26 novembre dernier (extrait) :
«… nous avons pu trouver des points de consensus bipartisan : … nous sommes tombés d’accord pour dire que la politique de transition électrique menée actuellement ne permet pas de lutter contre le réchauffement climatique… »
Voir la vidéo en cliquant ICI
oooOooo

Ci-dessous, nous reprenons le texte d’un tweet de Laure de la Raudière, député (UDI, Agie et Indépendants) et membre de la même Commission d’enquête :
- La meilleure façon de lutter contre le réchauffement climatique est de consommer moins d’énergie carbonée.
- Allouons nos moyens publics vers la rénovation énergétique des bâtiments au lieu de financer idéologiquement les énergies renouvelables électriques.
Retrouver son intervention en cliquant ICI

oooOooo

Pour avoir accès aux trois tomes du rapport de la Commission d’enquête de l’Assemblée Nationale sur "l'impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l'acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique", cliquer ICI


_____________________________________________________________
(1) Président de la CRE, Jean-Francois Carenco a notamment occupé dans son parcours de haut-fonctionnaire les fonctions de préfet de la Région Ile-de-France et de directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo au ministère de l’Ecologie, de l’Energie , du Développement durable et de la Mer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire