vendredi 20 septembre 2019

Dites NON au projet éolien de Varzay en pleine Saintonge romane!


Ce Mot du président de la DDME aux adhérents de l'association s'adresse aussi à nos lecteurs:

"Une fois n’est pas coutume  et  si je viens vers vous à titre exceptionnel c’est pour vous demander de soutenir nos amis de Varzay qui se battent sans répit depuis plusieurs années contre un projet éolien  sur leur commune et qui sont depuis l’origine des fidèles et précieux soutiens pour notre association DDME.

L’enquête publique pour la construction d’un parc éolien aux portes du village de Varzay, au cœur de la Saintonge Romane a commencé le 16 septembre.

Merci de laisser un avis négatif en envoyant un  email  à l’adresse ci après,  à l’attention  de Mr Lavalette, Préfecture de Charente-Maritime.

Voici quelques éléments pour justifier votre opposition à ce projet…"

oooOooo

L’enquête publique se déroule du 16 septembre au 18 octobre 2019

Donnez votre avis en adressant un email à la  Préfecture de Charente Maritime, à l’attention de M. Christian Lavalette :

Manque de concertation
Non prise en compte de l’avis défavorable des élus, des scientifiques
Atteinte à nos paysages de la Saintonge Romane
Une zone sans vent – Un projet inefficace pour la cause environnementale
Le projet entrainera une chute de l’activité économique, une dévalorisation des biens
Un risque sanitaire pour les enfants, les animaux, les personnes à proximité

oooOooo

1000 et une raisons de rejeter le projet éolien de VARZAY:
Manque de concertation
-Le promoteur n’a jamais cherché à bâtir un consensus. Le projet est resté caché pendant 3 ans. Aucune concertation, aucun dialogue avec les populations et les associations. Il a au contraire créé une situation d’inacceptabilité sociale sérieuse.
-La procédure du projet éolien de VARZAY a été conduite par le promoteur, avec l’appui de certains édiles municipaux, sans chercher à construire le consensus social indispensable à son succès : Absence de proposition de démarche participative.
Non prise en compte de l’avis défavorable des élus, des scientifiques
-Le Conseil Municipal de VARZAY a rejeté, à la majorité, le projet éolien par sa délibération du 29 juin 2016. Le promoteur a complètement ignoré ce rejet et a poursuivi les études et travaux préparatoires du projet.
-Les Maires des communes limitrophes ont exprimé leurs désaccords concernant le projet éolien : Rétaud, Meursac, Thézac, Rioux, Pisany, Saint Romain de Benet, Pessines…
-Le département de la Charente Maritime a voté un moratoire pour stopper pendant 2 ans la prolifération des éoliennes dans le département, le promoteur n’a pas pris en compte cette décision démocratique.
Atteinte à nos paysages de la Saintonge Romane
-La construction d’éoliennes géantes, en plein milieu de la Saintonge Romane est incompatible avec la préservation des paysages et du patrimoine exceptionnel qui font de cette région un musée en plein air.
-La construction d’éoliennes géantes, à 1km de l’église romane de RETAUD, classée « monument historique » en 1862, en même temps que la Cathédrale de CHARTRES, constitue un véritable « attentat » contre un des plus purs joyaux de la SAINTONGE.
-La Saintonge Romane comprend aussi, en sus de son « chapelet » d’églises romanes, de nombreux sites ou édifices civils du plus grand intérêt : manoirs, logis, châteaux, sites gallo-romains, sites naturels… Ces sites et édifices méritent une protection totale contre l’implantation de machines totalement disproportionnées.
-Un éventuel accord donné au projet de VARZAY, alors qu’il présente autant d’inconvénients discriminants pour la population, les paysages et le patrimoine, ouvrirait la porte à la multiplication de nouveaux projets, avec, pour conséquence, la destruction organisée de la Saintonge Romane.
Une zone sans vent – Un projet inefficace pour la cause environnementale
-La zone d’implantation du parc éolien de VARZAY est reconnue comme peu venteuse ; elle rend nécessaire le recours à des éoliennes géantes de 200m, hauteur similaire à celle des éoliennes off-shore.
-La production d’énergie électrique d’origine éolienne est coûteuse et peu productive ; elle est intermittente, variable et imprévisible ; elle rend nécessaire l’utilisation de moyens de production de compensation (centrales au charbon, au fuel ou à gaz) qui sont de fortes sources de gaz à effet de serre. 
Le projet entraînera une chute de l’activité économique, une dévalorisation des biens
La réalisation du projet de VARZAY entraînera une chute de l’activité économique du territoire, conséquence du ralentissement du marché immobilier et de la baisse des activités touristiques.
Le projet entraîne déjà et entraînera une baisse très sensible de la valeur des biens immobiliers, baisse accompagnée d’un fort allongement du délai de vente. Ces effets ne font l’objet d’aucune compensation par le promoteur ou par l’Etat. Ils impacteront fortement le patrimoine des habitants de VARZAY et des environs.
Les « compensations » proposées par le promoteur sont absolument ridicules : tenter de dissimuler des machines de 200m avec la plantation d’arbres ou de haies est absolument vain.
Un risque sanitaire pour les enfants, les animaux, les personnes à proximité 
-Des éoliennes à moins de à 1000m des écoles de Pisany et Rétaud, à moins de 600m des habitations, à moins de 300m d’un verger, à moins de 1000m d’une écurie.
-L’académie de médecine en mai 2017 : « Si l’éolien terrestre ne semble pas induire directement des pathologies organiques, il affecte au travers de ses nuisances sonores et surtout visuelles la qualité de vie d’une partie des riverains et donc leur « état de complet bien-être physique, mental et social » lequel définit aujourd’hui le concept de santé ».
 oooOooo
Contact
Bertrand Vincent – Président de l’Association DonQuichotte17460 – NON aux éoliennes à Varzay en plein cœur de la Saintonge Romane.
06.22.00.00.45

mercredi 18 septembre 2019

Pour agir sur le choix des orientations pour l’aménagement de notre région, participez à l’enquête publique du SRADDET !


Du 16 Septembre au 18 Octobre s’ouvre l’enquête publique relative au Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable, et d'Egalité des Territoires (SRADDET) de la région Nouvelle-Aquitaine.


Plusieurs outils d’aménagement du territoire existent aux différents échelons national, régional, local. Le SRADDET se concrétise dans un document élaboré par les instances régionales. Ce document est très important car il détermine les orientations pour l’aménagement de notre région, et peut s’avérer crucial pour le rejet du projet d’éoliennes d’EDF-R dans les marais de l’estuaire de la Gironde.

Le nombre de participants à cette enquête publique va peser dans le processus d’acceptation des choix figurants dans le dossier d’enquête soumis à vos observations.
Votre participation est donc vivement sollicitée.
Pour ouvrir le lien internet permettant d’accéder à cette enquête, cliquer ICI

Pour vous aider éventuellement dans votre démarche nous vous suggérons le texte ci-joint que plusieurs d’entre nous ont déjà utilisé, et que vous souhaiterez adapter en fonction de votre situation personnelle. 

J'approuve les objectifs cités dans ce dossier d'enquête publique du SRADDET, au chapitre 4.2 O2 et 4.4 O4 du SRCE Poitou Charentes à propos de la sauvegarde des réservoirs de biodiversités et de leurs axes de continuité. Ceux-ci sont très importants et conformes aux objectifs du SCOT de la CCDHS (Communauté de Communes de Haute Saintonge). Ce qui me donne toute satisfaction.
En effet, habitant la commune de [St Sorlin de Conac (17)], je suis très attaché à la préservation du paysage remarquable des marais de la rive droite de l'estuaire de la Gironde, à leur biodiversité et à la protection de cette zone humide sensible. Pour mémoire ce secteur est classé Zone Natura 2000, ZPS (Zone de Protection Spéciale des oiseaux) et relève en outre de la loi Littoral.
Ces classements ont permis de protéger jusqu'à présent ce réservoir de biodiversité. Celui-ci se trouve aujourd'hui gravement menacé par le projet d'éoliennes industrielles d'EDF-R, qui prévoit d'y installer 40 aérogénérateurs de 180 m de hauteur posés chacun sur un socle de 1500 tonnes de béton.
Comme un grand nombre d'habitants et d'élus locaux, regroupés au sein de la DDME (Association pour la Défense Des Marais de l'Estuaire) et d’autres associations (VigiEole, Stop Eolien 17…), je compte donc fermement sur votre vigilance pour que le SRADETT donne un coup d'arrêt définitif à ce scandale, qui toucherait de plein fouet toute la région Nouvelle Aquitaine. 



mardi 17 septembre 2019

Le président de la DDME écrit aux Garants de la CNDP suite au Bilan établi par ces derniers sur la concertation préalable au projet éolien du Blayais par EDF – R.


Pour lire le Bilan des Garants, cliquer ICI

Ce Bilan présente aux yeux de la DDME certains points positifs mais aussi des lacunes que nous avons soulignées.
Voici le texte de la lettre de Guillaume Boraud, président de la DDME, aux deux Garants, à ce sujet :

« A l'attention de :
Madame DUMONT et Monsieur ACCHIARDI
Garants
Commission Nationale pour le Débat Public
Le 9 Septembre 2019

Madame,
Monsieur,
Nous avons lu avec grand intérêt votre rapport « Bilan des Garants, Projet éolien du Blayais, Concertation préalable » du 12 août 2019.
Nous souhaitons vous remercier et vous féliciter d'avoir su guider un processus qui était loin d'être facile et d'avoir rédigé un rapport qui donne une juste évaluation des nombreuses discussions qui ont eu lieu lors de la Concertation Préalable qui s'est tenue du 3 juin au 12 juillet 2019.
Le rapport contient de nombreuses observations dont nous nous félicitons, en particulier parce que tout le processus a été accueilli depuis le début avec beaucoup de scepticisme et même d'animosité pure et simple de la part de ceux qui ont vu la Concertation Préalable comme une façade prétendant apporter un degré de démocratie, d'honnêteté, d'ouverture et de transparence aux opérations d'EDF-R, alors que cette entreprise prépare depuis plusieurs années le projet dans notre région sur la base de tout, sauf la démocratie, l'honnêteté, l'ouverture et la transparence.
Au terme de votre rapport de bilan, vous concluez à deux reprises (1) que l'opportunité du projet n'est pas acquise. C'était bien là l'un des objets de la concertation préalable que d'en identifier l'opportunité et son acceptabilité par le territoire. Nous vous remercions pour cette expression nette qui devrait en toute logique conduire le maître d'ouvrage à renoncer à ce projet inopportun.
Votre rapport est donc bien accueilli à de nombreux égards.
Toutefois, nous souhaitons ajouter les commentaires et observations suivants qui, ajoutés à la lecture de votre rapport, offriraient, à notre avis, au lecteur une image plus complète des problèmes en jeu et des réalités sur le terrain telles que nous les voyons. Les extraits du rapport commentés sont indiqués ci-dessous en italique.

1. Il existe plusieurs références à une opposition au projet telle qu'elle a été exprimée au cours de nombreuses réunions, mais les adjectifs utilisés ne rendent pas, à notre avis, justice à la force de l'opposition exprimée par presque tous les orateurs ou contributeurs du Registre numérique. Par exemple, les citations suivantes de votre rapport :  …Cette position apparaissait comme majoritairement opposée au projet…, …Ces temps d'échanges ont été particulièrement denses avec une forte proportion d'opposants au projet,… et …Globalement, les arguments contre le projet s'y sont exprimés très majoritairement couvrant l'ensemble des thématiques détaillées ci-après... ne semblent pas refléter l'opposition au projet au cours de toutes les réunions, cette opposition aurait pu, sans exagération, être plus fidèlement décrite comme étant quasi unanime.
En fait, comme vous avez pu le constater vous-mêmes lors des trois réunions publiques réunissant au total quelque 800 à 900 personnes (Bordeaux, Braud-et-Saint-Louis et Jonzac), une seule personne (à Jonzac) s'est prononcée en faveur du projet.
Lorsqu'on lui a demandé où elle habitait, elle a répondu à Jonzac, où, comme vous le savez, aucune éolienne n'est prévue.
Aucun habitant de zone concernée ne s'est donc exprimé.
Même constat pour le registre en ligne où, malgré l'anonymat possible des contributeurs, les opposants ont été 10 fois plus nombreux...

2. ...Plusieurs personnes nous ont alertés sur la difficulté de s'exprimer lorsqu'on était favorable au projet, arguant que les opposants considéraient exprimer l'avis des habitants dans leur ensemble...
Nous ne pensons pas que ce soit une explication correcte du fait que personne n'ait véritablement plaidé en faveur du projet, d'autant que cette tournure de phrase tend à victimiser inutilement ceux qui seraient supposés être en faveur du projet.
Une explication plus crédible du silence de ceux qui pourraient être en faveur du projet est qu'ils n'ont pas de bons arguments. À cet égard, il convient de souligner que même EDF-R n'a pas été en mesure d'expliquer de manière cohérente et convaincante que le projet serait bénéfique pour la région ou pour la France en général.

3. ...Les informations fournies à cette occasion allaient bien au-delà des informations figurant dans le dossier de concertation, notamment lors du 5ème atelier de restitution, inter-thématiques, où la maîtrise d'ouvrage a apporté un certain nombre de réponses aux interrogations formulées par les participants et où ces derniers ont pu apporter leur propre expertise.
C'est une belle déclaration, qui perd cependant beaucoup de sa pertinence compte tenu du fait que seulement 10 personnes ont participé à la réunion mentionnée...

4. ...La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) dans sa contribution s'accorde avec les études menées sur le fait que 248 espèces ont été observées dont 191 protégées et 63 inscrites à l'Annexe I de la Directive Oiseaux...
C'est certes vrai, mais deux points essentiels ne sont pas mentionnés alors qu'ils ont été clairement évoqués lors des réunions tenues à Bordeaux, Braud-et-Saint-Louis et Jonzac : 1) que pour la première fois en France, la LPO et les puissantes associations de chasseurs des deux départements concernés s'unissent pour s'opposer fermement à un tel projet et
2) que la LPO, dans un message fort paru au Registre numérique, recommande sans ambigüité rien de moins que le pur et simple abandon du projet.
Pour la première fois et sans aucune ambigüité la LPO se prononce très clairement contre un projet et s'engage à utiliser tous les moyens possibles pour le faire avorter.
Le lecteur de votre rapport devrait absolument être conscient de cette position inédite.

5. ...Quelques avis notent également que l'éolien présente des avantages en termes d'évitement d'émissions de gaz à effet de serre / GES et ne produit pas de déchets dangereux, à l'inverse du nucléaire...
En toute justice, cela est peut-être vrai, mais c'est certainement trompeur, étant donné que de nombreux chercheurs respectés démontrent le contraire, à savoir que les éoliennes augmentent les émissions de C02, comme cela s'est produit en Allemagne ; cela n'est pas mentionné dans votre rapport. Il aurait été juste et équilibré d'inclure dans votre rapport ces opinions-là, parfaitement fondées, qui ont été exprimées à plusieurs reprises lors de la Concertation Préalable.

6. ...Le maître d'ouvrage affirme que lors de ses premiers démantèlements, il a opté, pour des raisons techniques et économiques, pour enlever l'intégralité du béton…
A notre connaissance, aucune fondation d'éolienne n'a jamais été intégralement ôtée... Et on n'a jamais vu d'éoliennes s'arrêter à l'approche de vols d'oiseaux...
Ce que cela signifie concrètement n'est donc pas clair et on peut se demander si EDF-R n'est pas prêt à tout pour passer en force.

7. ...Certains précisent que ce zonage empêche régulièrement les constructions, même de nature agricole. D'autres zonages sont cités comme les zones de protection spéciales (ZPS), zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO), zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZN[EFF) et justifieraient selon eux de ne pas installer d'éoliennes sur ce territoire...
C'est certes une déclaration véridique et précieuse, mais il est regrettable que votre rapport ne mentionne pas la « Loi littoral » qui protège depuis de nombreuses années notre région, la zone exacte où EDF-R souhaite installer des éoliennes industrielles. Les archives des 8 municipalités concernées sont remplies de refus de construire même les plus petits bâtiments en raison de la protection que la « Loi littoral » offre, fort heureusement, à notre région. Et tout à coup, l'Etat, via EDF-R, arrive et tout cela devient sans importance ? Cela donne l'impression qu'il existe une loi pour les citoyens et une autre pour l'État. Ce point est une source majeure de colère dans la région et a été mentionné à plusieurs reprises au cours des réunions.

8 ...Lors de la phase d'étude, qui a précédé la concertation préalable, EDF-R a mené une campagne de signatures de promesses de bail auprès de plusieurs dizaines d'exploitants agricoles afin d'étudier la disponibilité du foncier. Au total, 70 promesses auraient été signées. Cette démarche menée par le maître d'ouvrage, sans en informer les élus ni la population locale, a été mal perçue par de nombreux contributeurs et ce sujet a été évoqué de nombreuses fois avant et tout au long de la concertatio. A la demande des garants, le maître d'ouvrage a produit une note explicative des promesses de bail emphytéotique, mais sans indication quantitative ou géographique, même générale...
Nous nous félicitons de cette déclaration dans votre rapport, car ce qui s'est passé est choquant et contraire à tout sens de la décence et de la bonne gouvernance, mais il est vraiment dommage que vous n'ayez pas inclus le fait que les personnes qui ont signé ces contrats l'ont fait avant toute consultation par EDF-R de la population dans son ensemble touchée par le projet. Ceux qui ont signé ces contrats auraient pu avoir des doutes s'ils avaient été mieux informés et ne sont plus désormais en mesure de résilier ces contrats, restant liés à EDF-R, que cela leur plaise ou non. Il semble y avoir peu de doute que de nombreux propriétaires fonciers ont signé ces baux sur la base d'informations biaisées fournies par EDFR, tout en étant priés de ne pas trop en parler avec les autres habitants de la région. Tout cela est choquant pour beaucoup, mais aussi le commentaire d'EDF-R lors des réunions publiques selon lequel « ...la liste des personnes qui ont signé ne peut pas être donnée car elle pourrait les mettre en danger… ».
Tout ce contexte entourant ces contrats secrets, conclus sans aucun égard pour de nombreux autres citoyens sérieusement impliqués, aurait dû, à notre avis, être mentionné dans votre rapport.

9. …Au-delà des échanges qui ont alimenté les stratégies de chacun en matière de développement local, ces positionnements ont créé, semble-t-il, des dissensions au sein des populations locales...
C'est tout-à-fait vrai et nous nous félicitons que votre rapport mentionne ce point important, mais la formulation est inutilement faible et pourrait donc être trompeuse. Les méthodes d'EDF-R et le projet lui-même ont généré une grande division et une vive animosité dans ce qui, jusqu'à présent, était des villages paisibles, voire entre anciens amis et même au sein de certaines familles. Cela est extrêmement regrettable et aurait dû, à notre avis, être exprimé plus clairement.

10. ...Nous recommandons pour cela qu'un espace de dialogue permanent soit installé, doté de règles simples et claires, qui permette des réunions très régulières entre acteurs, et avec le public...
Nous sommes vraiment décontenancés par cette recommandation car nous pensions que les garants n'avaient aucune compétence ni autorité pour exprimer un point de vue sur le projet.
Alors pourquoi le rapport recommande-t-il la poursuite des discussions ?
Nous avons entendu à plusieurs reprises de la part même d'EDF-R, qu'une des options était bien l'abandon du projet.
Si votre rapport devait contenir une recommandation, cela aurait dû être d'abandonner le projet, comme en témoigne l'opposition claire et presque unanime au projet exprimée au cours des six semaines de la Concertation Préalable, ce que tout participant ou témoin aurait reconnu.

11. ...D'autres collectivités, très attendues, comme la Région ou le Département de la Gironde, ne se sont pas exprimées dans le cadre de la concertation préalable...
C'est vrai, mais il nous paraît essentiel de présenter une liste la plus exhaustive possible de TOUTES les personnes et institutions très nombreuses de la région qui ont déjà fait part de leur opposition à ce projet, sous quelque forme que ce soit. Nous les résumons pour vous:
-      le Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine,
-      le Conseil départemental de Charente-Maritime,
-      la Communauté de Communes de Haute-Saintonge,
-      la LPO, (Ligue de Protection des Oiseaux)
-      les Fédérations de Chasseurs de Gironde et Charente-Maritime
-      le Comité Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB),
-      le Bureau National Interprofessionnel du Cognac,
-      le Conservatoire de l'Estuaire,
-      la totalité des maires des communes concernées et de nombreux maires du Médoc, sur l'autre rive,
-      tous les Sénateurs et Députés de toute la zone concernée.
Nous ajoutons la position clairement défavorable des écologistes de Nouvelle-Aquitaine adressée par Monsieur Yannick Jadot, président d'EELV, dans un email à l'un de nos membres en octobre dernier.

Permettez-moi encore une fois de vous remercier pour votre excellent rapport rédigé dans des circonstances difficiles et qui sera certainement utile.
Nous n'avons pas répété ni commenté les nombreuses parties de votre rapport dans lesquelles nous sommes d'accord avec vos conclusions ou qui représentent fidèlement à nos yeux ce qui s'est passé pendant la concertation préalable. Nous nous sommes nécessairement concentrés sur les parties où nous pensons que l'information ou le contexte font défaut, et où il nous semble utile d'apporter des précisions au lecteur pour lui donner une image plus complète.
Nous ne pouvons qu'espérer que ces commentaires soient pris dans l'esprit dans lequel ils ont été écrits, notamment dans le respect du travail que vous avez accompli, et dans le but d'aboutir à l'abandon d'un projet qui n'apporterait que le malheur et la ruine à notre région, son avifaune, sa biodiversité, son tourisme, ainsi que la santé et le bien-être de ses habitants.
Nous vous serions très reconnaissants de bien vouloir inclure nos commentaires sur votre site Web, car nous estimons qu'ils présenteraient un intérêt et une valeur pour le lecteur de votre rapport et vous prions de recevoir 
l’expression de toute notre considération.

Guillaume Boraud
Président de la DDME

Copie à : Madame Chantal JOUANNO Présidente de la CNDP
Madame Fabienne BUCCIO, Préfet de Région Nouvelle-Aquitaine
…»

_____________________________
(1) p 22 : « Logiquement, c'est bien un débat sur l'opportunité qui a finalement eu lieu, permettant de confronter les raisons pour lesquelles il devrait ou il ne devrait pas y avoir de projet éolien terrestre sur la rive droite de l'estuaire. A l'issue de cette discussion, l'opportunité du projet n'est pas acquise, compte tenu du nombre et de la variété des arguments opposés au projet qui se sont exprimés.
p 24 : « Dans cette situation très conflictuelle, où l'opportunité du projet n'est pas établie à ce stade, nous recommandons ...».
[Fin de la lettre du président de la DDME aux Garants]
oooOooo
Rappel :
Contribution de la LPO au registre numérique de la Concertation préalable : Cliquer ICI
Réunion publique à Jonzac lors de la concertation préalable : Cliquer ICI

mardi 10 septembre 2019

En vidéo sur BFM TV : « L’opportunité du projet (d’EDF-R d’implantation de 40 éoliennes industrielles le long de l’estuaire de la Gironde) n’est pas démontrée » : Bilan des Garants de la CNDP


BFM TV a mis en ligne ce mardi 10 septembre un reportage sur la contestation soulevée par des projets d’implantations d’éoliennes industrielles en Maine-et-Loire et en Charente-Maritime (celui que nous connaissons tous si bien).

Guillaume Boraud, Président de la DDME et Corine Cauvin, membre de l’association emmènent les journalistes sur l’estuaire

Extraits :

« 7 projets d'implantation d'éoliennes sur 10 sont contestés devant les tribunaux. Partout en France, des élus et habitants s'opposent à ces parcs accusés de défigurer le paysage au profit des intérêts commerciaux des opérateurs. En Maine-et-Loire, le projet d'implantation a été accepté malgré le fait qu'il ait d'abord été déconseillé par la préfecture. Les opposants dénoncent une fraude. En Charente-Maritime, des habitants se battent contre un projet de 30 à 40 éoliennes sur une zone naturelle. Les éoliennes représentent 0.8% de l'énergie produite. Actuellement, 6.000 sont implantées, mais ce chiffre devrait doubler d'ici quatre ans. »


Une réunion de la DME

La DDME a ouvert une de ses réunions de travail aux journalistes de BFM TV.

Voyez la vidéo sur BFM TV Replay en cliquant ICI