jeudi 28 mars 2019

Wind Turbines: The Charente-Maritime Staunchly Opposed to New Projects


Traduction non-officielle de l’article paru le 26 mars sur le blog de la DDME Eoliennes: la Charente-Maritime vent debout contre de nouveaux projets (cliquer ICI)
Cette traduction a été  gracieusement réalisée par un membre de la DDME à l’intention de nos voisins anglophones.


Orange Actualités / 26 March 2019

The Charente-Maritime, the second most preferred tourist destination for the French (according to a Kantar TNS study), is increasingly worried by the proliferation of wind turbines across its landscapes, from the hills of Saintonge to the Gironde Estuary, and is trying to say: Stop.
This past Friday, the Charente-Maritime Regional Council, headed by Dominique Bussereau (formerly of the Les Républicains party) voted in principal to establish a two year moratorium freezing all wind farm projects on its territory.
Since the French State would have the ultimate word in the matter, it has little chance of being enforced: “It would be seen by some as a sign that the government has retreated from its support of land-based wind farms,” says the General Secretary of the prefecture, Pierre-Emmanuel Portheret.
And yet, following  the Hauts-de-France region – presided by Xavier Bertrand (an ex-member of Les Républicains), who says he also wants to halt any more wind turbines after the 1,500 already on his territory – we are certainly seeing a resistance to wind energy development from northern France to the country’s Atlantic coastline.
Nobody in the Charente-Maritime seems to agree on the number of wind turbines already functioning on the territory or the number still at a planning stage. According to prefectorial or departmental sources, the Charente-Maritime has between 71 and 81 functioning wind turbines distributed over 13-15 wind farms. If you add the wind farms that have been given the green light but not yet built (representing more than 130 wind turbines), and the projects still at a planning stage, there will be between 300 and 475 additional wind turbines added across the department.
No matter the real number, it’s way too high for Dominique Bussereau, who says he’s “not against wind turbines, but rather their excessive development.”
“Our anger reached a boiling point when EDF announced their plan to install 40 industrial wind turbines along the Gironde Estuary, a territory the department has been protecting these past 20 years;  where we have established highly sensitive nature zones, recreational areas, and where we’ve worked to reintroduce the sturgeon [to its waters],” explained Dominique Bussereau to Agence France-Presse.
As a result, the Charente-Maritime created a Wind Turbine Watchdog Council in early-2019 to “prepare an inventory.” “We were very surprised by the number of citizens, associations and elected officials who were tackling this issue and confronting a multitude of commercially-oriented [wind farm] promoters,” says Dominique Bussereau, alluding to certain promoters who are “not great defenders of the environment,” and who “sell wind turbines as one would refrigerators.”

The wind turbine equivalent of the Yellow Vest movement?
A two year moratorium would provide the necessary time to “establish a departmental blueprint for sustainable energy development, and explore the various renewable energy options for the region. We’re counting on significant solar and tidal [underwater] energy,” says Bussereau.
In 2017, the courts annulled the 2012 wind farm blueprint for the ex-Poitou-Charentes region that had been drawn up by the head of the department, Ségolène Royal. This resulted in numerous promoters diving into the ensuing “vacuum”. The judges based their decision on the absence of preliminary studies regarding the environmental impact of the 2012 blueprint.
But not everyone is in favour of a moratorium, and for various reasons.
Those on the political left, while acknowledging the spread of wind farms, say that “We’re going to lose two years. It would be preferable to proceed with various projects, while keeping our citizens informed,” says Pascal Ferchaud, mayor of Saujon and member of the PRG (Parti radical de gauche).
Patrick Picaud, coordinator of Nature Environnement 17, believes the region should proceed on a case by case basis. “In our communities, the opposition [to wind farm development] is a result of there already being too many in certain areas,” and because, “everything happens behind closed doors until we’re at the stage [often too late] of a public hearing. Those living here are upset by this.” He deplores that “no one is addressing the environmental risks. Everyone is focused on the effect these wind farms would have on the landscape and on real estate values, whereas wind turbines are of mortal risk to birds and bats.”
According to the LPO (League de la protection des oiseaux, the French partner of BirdLife International), the “real issue” is the avoidance of wind turbines by birds, depending on their concentration. “Birds are able to avoid five wind turbines. But when there are 80, we see a real impact,” says Geoffroy Marx, the LPO representative for the Charente-Maritime. He says that, for the moment, the department has approached wind farm development in a principled manner by avoiding Natura 2000 zones that were established for the protection of the region’s avifauna.
On a local level, one sees more and more anger. In Villeneuve la Comtesse, home to 700 inhabitants and where a project involving 15 or so wind turbines is being held up in court, “We’re a step away from becoming the wind turbine equivalent of the Yellow Vests!”, rails Michel Soulard, president of the local association fighting the wind farm project.
“From my window, looking towards the west, I would see 12 industrial wind turbines; to the east, six. And 900 meters from where we are,” says, with anger, this owner of a 15th century chateau.

mercredi 27 mars 2019

« L’éolien encore, à la réunion départementale » - Sud Ouest du 26 mars


Le vote à une très marge majorité du Conseil départemental vendredi dernier (22 mars) en faveur d’un moratoire de deux ans sur l’éolien en Charente-Maritime a fait couler beaucoup d’encre.
Voir les messages sur ce blog du 26 mars (cliquer ICIOU du 24 mars (cliquer ICI).

Ci-après, vous pouvez lire un article du Sud Ouest  paru hier, le 26 mars 2019 :



mardi 26 mars 2019

Éoliennes: la Charente-Maritime vent debout contre de nouveaux projets



 La FED (Fédération Environnement Durable) nous signale l’article ci-après de l’AFP du 26 mars, repris sur le site d’Orange.fr :
« Deuxième département préféré des Français comme destination touristique (selon une étude Kantar TNS), la Charente-Maritime s'inquiète de voir sur ses paysages, des collines de Saintonge à l'estuaire de la Gironde, se hérisser de plus en plus de mâts éoliens, et tente de dire stop.


Vendredi, le conseil départemental, présidé par l'ancien ministre Dominique Bussereau (ex-LR) a voté le principe d'un moratoire de deux ans, gelant l'implantation de toute éolienne.
Une demande à laquelle l'Etat -- seul décisionnaire -- a peu de chances d'accéder : "Ce serait vécu par certains comme l'expression d'un retrait du gouvernement au soutien de l'éolien terrestre", estime le secrétaire général de la préfecture Pierre-Emmanuel Portheret.

Mais, venant après la région Hauts-de-France où le président Xavier Bertrand (ex-LR) souhaite aussi mettre le holà, après 1.500 mâts déjà actifs, c'est un drôle de vent qui souffle sur l'éolien, du Nord jusqu'à la façade Atlantique.
En Charente-Maritime, personne ne s'accorde vraiment sur le nombre de mâts en activité ou en projet. Selon les services préfectoraux ou le département, le territoire abrite entre 71 et 81 mâts actifs, répartis sur 13 à 15 parcs. Avec les parcs autorisés mais non encore sortis de terre (plus de 130 mâts), et les dossiers encore à l'instruction, on oscille, selon les sources, entre 300 et 475 mâts potentiels à venir.

Quel qu'il soit exactement, ce total est trop élevé pour Dominique Bussereau qui s'élève "pas contre l'éolien mais contre l'abus d'éoliennes".
"La colère nous est montée au nez lorsqu'une filière d'EDF a proposé la construction de 40 mâts sur l'estuaire de la Gironde, que nous protégeons depuis 20 ans, où nous avons créé des Zones d'espaces naturels sensibles, des activités de loisirs, et où on réimplante l'esturgeon", explique-t-il à l'AFP.
La Charente-Maritime a donc lancé début 2019 un observatoire de l'éolien "pour dresser un inventaire". "On a été très surpris par le nombre de particuliers, associations et élus qui le saisissaient face à une foule de sociétés très mercantiles", relève M. Bussereau en pointant certains opérateurs qui ne sont pas "de grands partisans de l'environnement" et "vendent les éoliennes comme des réfrigérateurs".

- "Gilets jaunes" de l'éolien ? –

Un moratoire de deux ans laisserait le temps "d'établir un schéma de développement durable et faire le point sur les énergies renouvelables possibles dans le département. On mise beaucoup sur le solaire et l'hydrolien", ajoute l'élu.

L'annulation en 2017 par la justice administrative du schéma régional éolien de 2012 pour l'ex-Région Poitou-Charentes, présidée alors par Ségolène Royal, a permis à nombre d'opérateurs de s'engouffrer dans ce "vide". Les juges avaient motivé leur décision par l'absence d'"évaluation environnementale" préalable.

Mais tout le monde n'est pas d'accord sur le moratoire, pour des raisons diverses. 
Dans l'opposition de gauche, qui reconnaît un "mitage par l'éolien", on estime qu'on "va perdre deux ans. Il vaudrait mieux lancer des projets d'économie mixte, incluant les citoyens", estime Pascal Ferchaud, maire PRG de Saujon.
Patrick Picaud, coordonnateur de Nature Environnement 17, veut réagir au "cas par cas". "Sur le terrain, le rejet vient de la concentration" et du fait que "tout se passe un peu en secret jusqu'à ce que l'enquête publique arrive. Ça énerve les riverains", explique-t-il. Il regrette que "personne ne s'occupe des problèmes de biodiversité. Tout le monde se soucie du paysage et du prix de l'immobilier alors que les parcs éoliens massacrent des oiseaux et des chauves souris".

Pour la Ligue de protection des oiseaux (LPO), "la vraie question" est celle de la difficulté pour les oiseaux à éviter les mâts quand ils sont nombreux. "Cinq machines, les oiseaux les contournent. Mais quand il y en a 80, c'est plus impactant", dit Geoffroy Marx, un responsable local pour qui le département reste pour l'instant "vertueux" en ne touchant pas les zones protégées "Natura 2000".
Localement, des colères montent. A Villeneuve la Comtesse, 700 habitants, une quinzaine de mâts en projet et des recours en justice, "on est à deux doigts d'avoir des gilets jaunes de l'éolien!", peste Michel Soulard, président de l'association anti-éolienne locale.
"Depuis ma fenêtre à l'ouest, je verrai douze éoliennes et six à l'est, à 900 mètres de là", s'insurge ce propriétaire d'un château du XVe siècle. »


Lire l’article sur Orange.fr en cliquant ICI

lundi 25 mars 2019

Vidéo: Comment on nous enfume avec cette énergie qui au bout du compte favorise la production de CO2...


Avant et Après des éoliennes - D'après Hermann

Ecouter la carte blanche de Raphaël de la Croix sur RCF jeudi dernier 21 mars en cliquant ICI

Le point est bref mais clair!