jeudi 28 novembre 2019

Stéphane Bern : … « Je ne peux accepter que la France soit le dernier pays à prendre conscience des ravages de cette énergie intermittente… »





Extrait de l’observation déposée par ce défenseur du patrimoine qu’est S. Bern sur le registre de l’enquête publique sur le Projet de création du parc éolien de la Vallée de la Thironne.



Vous pouvez retrouver ce texte (Observation No31) sur le registre numérique en question en cliquant ICI

mardi 26 novembre 2019

« Nous appelons à la suppression des subventions à fonds perdu en faveur de l’énergie éolienne terrestre. » Philippe Toussaint, Président des Vieilles Maisons Françaises.


C’est en ouvrant les pages du numéro de septembre 2019 du prestigieux magazine des VMF que nous avons retrouvé cet appel.
P. Toussaint y rappelle notamment que « la prolifération délétère des parcs éoliens sur le territoire a été encouragée par la restriction des possibilités de recours et par l’élimination systématique de toutes les règles encadrant leur implantation, et ce alors que la hauteur des générateurs est passée de 50 à 200 mètres. »

Lire ci-dessous le Mot du Président que VMF nous a aimablement autorisés à reproduire :


lundi 11 novembre 2019

"L’éolien tente toujours de percer en Gironde" : 20minutes.fr


Dans un article de 20minutes.fr publié le 9 novembre, Mickaël Bosredon relève la fronde soulevée par le projet d’EDF Renouvelables d’implanter 40 éoliennes dans les marais de l’estuaire de la Gironde:

Extrait :
… « Les réunions publiques ont montré un rejet massif de ce projet, s’agace Jean-Loup Reverier, représentant l'association de défense des marais de l'estuaire, et malgré tout EDF Renouvelables s’entête, en proposant cet éventuel mix énergétique. Pour nous, il est clair qu’ils veulent gagner du temps en vue des élections municipales. »
« Nous avons un site très particulier, poursuit Jean-Loup Reverier : il relève de la loi littoral, c’est une zone Natura 2000 et une zone de protection spéciale car nous sommes sur un couloir d’oiseaux migrateurs, et par ailleurs c’est une zone humide ! Un seul de ces classements devrait suffire à renoncer à implanter des éoliennes. Quand on sait que pour des engins de 180 m de haut, il faut entre 1.000 et 1.500 tonnes de béton – par éolienne – dans le sol, cela ficherait complètement en l’air la nature même de ce secteur. »
Pour lire l’intégralité de l’article, cliquer ICI
oooOooo

Marais - novembre 19

dimanche 10 novembre 2019

Vous aussi, rejoignez les +7 000 signataires de la pétition “Stoppons la destruction d’un site NATURA 2000. Sauvons la biodiversité !”


Si vous ne l’avez pas encore fait, n’hésitez pas à signer cette pétition adressée au PDG d’EDF Renouvelables afin de stopper le projet de construction de 40 éoliennes industrielles géantes de 180 mètres de haut. Les 60 000 tonnes de béton qui serviraient à installer ces aérogénérateurs dans les sols détruiraient en effet à jamais ces marais classés "Natura 2000" et décrétés "Zones Humides d'Importance Majeure". 

Pour signer la pétition portée par la plateforme Change.org, cliquer ICI


N’hésitez pas à transmettre ce message autour de vous !