jeudi 29 novembre 2018

« Il n’y a qu’en ville que je ne vois plus d’éoliennes ! »


À Montagne-Fayel dans la Somme, des hélices géantes semblent frôler les maisons. Les éoliennes ont transformé la campagne. Mais le gouvernement projette de tripler l’éolien terrestre, Emmanuel Macron l’a annoncé el 27 novembre.
Voyez ce reportage de France 2 repris sur le site de Friends against Wind ICI

Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable


Ci-dessous le communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable (FED), suite à la présentation le 27 novembre par le Chef de l'Etat de sa stratégie sur la transition énergétique.

Paris le 27 novembre  2018
Communiqué de presse de la Fédération Environnement Durable  
Éolien terrestre. Emmanuel Macron décide  de doubler le prix de l’électricité des ménages             
En annonçant le triplement prévu du parc éolien terrestre composé actuellement de 8.000 machines disséminées sur tout le territoire le Président de la République Emmanuel Macron a décidé le doublement du prix de l’électricité pour les consommateurs, qu’il faudra ponctionner encore plus  par  des taxes écologiques insoutenables qui passeront de 5 à 8 milliards d’euros par an.         
La Fédération Environnement Durable (FED) constate que bien que 70% des projets éoliens terrestres actuels soient rejetés par les riverains ruraux, et qui sont obligés de  s’adresser à la justice pour se faire entendre, le Président a choisi,  plutôt que de les entendre, de les pénaliser trois fois plus et a préféré suivre les conseils d’écologistes irresponsables et d’affairistes qui profitent du pillage économique des consommateurs au détriment de l’intérêt général.           
Cette augmentation du prix de l’électricité atteindra aussi l’ensemble des industries consommatrices entrainant des conséquences  sur leur compétitivité, programmant leur déclin ou les  obligeant à se délocaliser.       
La FED  rappelle que les énergies intermittentes comme l’éolien augmenteront les gaz à effet de serre et iront à l’encontre des déclarations sur le climat du Président qui veut que la France soit  le modèle international dans ce domaine.         
La FED continuera à lutter contre ce plan par tous les moyens légaux, localement, régionalement, nationalement et internationalement.

mardi 27 novembre 2018

Valérie Ducout, opposée au projet de parc éolien le long de l’estuaire de la Gironde, demande la création d’un Observatoire de l’éolien pour ce département.

Valérie Ducout, Maire de St-Ciers-sur-Gironde, s’oppose au projet de parc éolien le long de l’estuaire de la Gironde et invite le Président du Conseil départemental de Gironde à mettre en place, comme l’a fait son collègue de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, un Observatoire de l’éolien.


Merci à Valérie Ducout pour son intervention en séance plénière du Conseil départemental du 12 novembre dernier.

Voir la vidéo ICI, à partir de la minute 2’10.


« Ces éoliennes vont encercler Vervant et le village voisin… trop près des habitations… »


Vu dans Sud-Ouest, le 23 novembre :


Extrait de l’article de Philippe Brégowy :
« Un parc éolien de 11 unités est en projet sur la commune. Un habitant se mobilise contre et organise une réunion publique lundi.
Un projet de parc éolien avait déjà été à l’étude il y a une bonne dizaine d’années dans la petite commune de Vervant. Cette fois, c’est un autre projet, porté par le groupe Valéco, qui est ressorti des cartons en septembre dernier. « On en a pris connaissance par le biais d’une plaquette distribuée dans les boîtes aux lettres », explique Pascal Poirot, un Vervantais très remonté contre ce projet de construction de 11 machines de 150 mètres de haut (production de 27,5 MW, équivalent à la fourniture en énergie de 21 000 foyers(1))… »
Lire l’article ICI

(1) NDLR : Permettez-nous de nous étonner que des journalistes reprennent ces évaluations sans note de précaution pour leurs lecteurs ; en effet, la puissance alléguée (reprise d’éléments de langage des promoteurs) supposerait que ces éoliennes industrielles tournent à plein régime 24h sur 24 ; or ces machines dépendantes du vent ne fonctionnent qu’au tiers ou au quart du temps et doivent donc être relayées obligatoirement par des centrales électriques ! 
Soyez vigilants car… « on ne vous dit pas tout… »

Un projet d’éoliennes sème la zizanie dans le Cher.

Château de la Meauce - ©Michiel1972
Eric de la Chesnais, dans le Figaro du 25 novembre 2018, nous informe sur ce projet de parc éolien, composé de quatre mâts de 185 mètres de hauteur - presque autant que la tour Montparnasse - qui, selon ses détracteurs,  défigurerait l'un des 158 plus beaux villages de France. Extraits:
« … Les éoliennes des portes du Nivernais sont en co-visibilité de la zone protégée du Bec d'Allier, du château d'Apremont classé monument historique et d'un des plus beaux villages de France, s'insurge Nathalie de Bartillat, maire d'Apremont-sur-Allier. Que ce soit des remparts du château ou du belvédère du parc floral, les 150.000 touristes qui viennent visiter chaque année ces lieux d'exception auraient en ligne de mire les quatre mâts.
… … Dans ce combat de David contre Goliath, la nature pourrait servir d'alliée aux détracteurs du projet. En effet, les pales d'éoliennes de 55 mètres d'envergure représenteraient un obstacle mortel à la migration des grues cendrées, dont la moitié passe par l'Allier pour traverser la France. Sans oublier les conséquences sur les cigognes, les milans royaux ou noirs, qui s'en trouvent perturbés.
Conscient de cet écueil, (le promoteur) Nordex a dû déposer une demande de dérogation à la législation sur les espèces protégées(1), accompagnée d'un dossier CNPN (Conseil national de la protection de la nature). L'entreprise minimise les impacts sur l'avifaune. «Les risques de perturbation sont très faibles et non significatifs en période hivernale, indique-t-elle. En migration active, la grande majorité des vols passe largement au-dessus du parc». Reste que dans un autre projet, celui du parc éolien offshore près de l'île d'Yeu et de celle de Noirmoutier, le CNPN a émis un avis défavorable à cause d'espèces protégées, ralentissant fortement la mise en œuvre du chantier. »

NDLR : Notons la contradiction, que nous relevons si souvent, entre un projet d’éoliennes prétendument « Vert » et :
-      les 1500 tonnes de béton armé pour chaque mât,
-      les métaux rares contenus dans ces engins,
-      les centrales électriques indispensables pour relayer l’intermittence,
-      dans le cas ci-dessus (sans doute non isolé), la nécessité de déroger à la législation sur les espèces protégées (1)
-      etc
Vous avez dit « Vert » ?

Lire l’article complet sur le site du Figaro ICI

lundi 26 novembre 2018

Pays d’Aunis – Ces éoliennes qui sont un danger de mort pour les territoires


Dans un article de Sud-Ouest du 24 novembre, Michel Broncard, de l’association Vent de contraste en Pays d’Aunis, dénonce le futur Pluih :