samedi 13 juillet 2019

Vive l’estuaire ! La Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) insiste pour que le projet éolien du Blayais soit abandonné.



C’est la conclusion de la contribution de la LPO à la concertation préalable sur le projet éolien du Blayais porté par EDF Renouvelables, contribution déposée le 12 juillet par Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO et Olivier Le Gall, Délégué Territorial LPO Aquitaine.



Cette contribution est remarquable tant par les arguments fondés sur des observations et des faits que par sa clarté et sa cohérence.


Début de la contribution de la LPO : 

« INTRODUCTION
La LPO fait le constat que les modes de production et de consommation d’énergies ont de forts impacts sur la biodiversité déjà fragilisée par de nombreuses pressions anthropiques et qui subit maintenant les effets des dérèglements climatiques dus aux émissions de gaz à effet de serre. De ce point de vue, la LPO est favorable à une transition énergétique visant, en premier lieu, à réduire la production et la consommation d’énergie… »
Lire la suite de la contribution de la LPO en cliquant ICI

oooOooo

Merci à la LPO pour ce dossier documenté  qui conforte et complète l'opposition que nous (DDME) et tant d'autres acteurs sur le terrain ne cessons de manifester depuis l'apparition de ce projet.

EDF-R a désormais en mains tous les éléments pour prendre la sage décision de renoncer à ce projet.

vendredi 12 juillet 2019

Vitisphère : Les vins de Bordeaux mettent un vent au projet d’éoliennes

Le site « Vitisphère » a mis hier (11 juillet) en ligne un article sur la ferme opposition de la filière vitivinicole girondine au projet d’EDF R d’éoliennes industrielles dans le Blayais.

Nous avions déjà publié dans ce blog la lettre du Président du CIVB (Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux), Allan Sichel, à la Préfète de la Région Nouvelle-Aquitaine à ce sujet (cliquer ICI)


Nous reprenons ci-après des extraits de l’article de Vitisphère :


"... Comme les élus locaux et associations de protection de l’environnement, le vignoble bordelais s’oppose au projet d’établissement d’un parc éolien sur l’estuaire de la Gironde...



... Dans une lettre envoyée ce 24 juin à la préfecture de Gironde, Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), affirme la volonté des « vignobles prestigieux du Médoc et du Blayais » de préserver « une renommée reposant notamment sur un patrimoine paysager viticole exceptionnel ».
Avec des éoliennes hautes de 180 mètres (au bout des pâles), l’effet d’un mur blanc d’hélices serait catastrophique sur les touristes estime la filière bordelaise, misant sur l’œnotourisme (y compris fluvial). En l’état, ce projet engendrerait « un changement radical de vision paysagère de l'estuaire de la Gironde qui serait ainsi proposé en vis-à-vis des AOC communales du Médoc et de ses Grands Crus Classés, mais également depuis les vignobles du Blayais et du site UNESCO de la citadelle de Blaye » pointe Allan Sichel. Qui souligne qu’avec « la centrale nucléaire du Blayais […] la filière estime déjà payer un lourd tribut en termes d’image et d’économie, pour ne pas devoir subir une nouvelle atteinte avec ce projet éolien. »
... EDF R précise qu’« avec une capacité de 100 à 120 MW, le parc éolien du Blayais n’a bien évidemment pas vocation à remplacer la production de la centrale nucléaire de Braud-et-Saint-Louis (4 tranches nucléaires d’une puissance de 900 MW chacune). ». Et le promoteur du projet d’égrener les avantages d’une implantation dans le Blayais : « il y a du vent*, le réseau électrique est déjà adapté [NDLA : avec la proximité de la centrale nucléaire], de l’espace et de la disponibilité foncière ».
« Et pour cause si le terrain est vierge et sauvage, c’est parce qu’il a été soigneusement préservé » s’emporte Jean-Loup Reverier, animateur de l’Association pour la Défense Des Marais de l’Estuaire (revendiquant 500 membres). Le militant s’oppose à cette implantation le long de l’estuaire, dont il rappelle les classements en zone Natura 2000 et zone de protection spéciale en raison de ses zones humides et de son couloir d’oiseaux migrateurs. « C’est une chose incroyable, la Ligue de Protection des Oiseaux et les fédérations de chasse sont côte à côte » souligne Jean-Loup Reverier...."

Vous pouvez lire l’article en entier sur le site de « Vitisphère » en cliquant ICI

jeudi 11 juillet 2019

"Nicole Bertin Infos": Eoliennes : Une ZAD Notre-Dame de l’Estuaire de la Gironde si EDF-Renouvelables valide son projet ?


"Nicole Bertin Infos" nous parle de la réunion publique de Jonzac de lundi dernier (8 juillet) :

"Eoliennes : Une ZAD Notre-Dame de l’Estuaire de la Gironde si EDF-Renouvelables valide son projet ?


Lundi au centre des congrès de Jonzac. Rencontre-débat sur l’implantation d’une trentaine d’éoliennes en bordure d’estuaire de la Gironde. Les anti-éoliens (plusieurs centaines) font entendre leurs voix, des élus aux associations, des pêcheurs et chasseurs aux protecteurs de l’environnement, des animateurs économiques aux amoureux de la faune et la flore. 
..."
Lire la suite de l’article sur le site de "Nicole Bertin Infos" en cliquant ICI

mercredi 10 juillet 2019

Il vous reste DEUX JOURS pour déposer votre contribution sur le registre numérique !


Bonjour, vous avez jusqu’à ce vendredi soir 12 juillet pour déposer votre contribution sur le registre numérique de la concertation préalable sur le projet EDF Renouvelables d’implantation d’éoliennes industrielles dans le marais, le long de l’estuaire de la Gironde !

Foncez sur vos tablettes, PC, laptops, etc pour vous exprimer sur ce projet totalement destructeur et anti-écologique.

Lionel Quillet, 1er Vice-Président du Conseil départemental de Charente-Maritime l’a dit lundi soir à Jonzac, s’adressant aux porteurs du projet: « On n’arrive pas à comprendre comment vous avez pu choisir une telle implantation sur le plus bel estuaire d’Europe, le jardin même de l’environnement durable, les zones humides, un secteur aussi fragile. Votre concertation repose seulement sur du démarchage commercial ». Il suivait l’intervention d’Eddie Puyjalon , Conseiller régional et Président de Chasse, Pêche, Nature et Tradition (CPNT) : « On veut nous vendre pour du vert ce qui ne l’est pas » !

LA PAROLE EST À VOUS !


MODE D’EMPLOI POUR DÉPOSER SA CONTRIBUTION SUR LE REGISTRE NUMÉRIQUE

1.    Aller directement sur le site du registre numérique :

2.    Consulter si vous le souhaitez, les autres contributions:
Avant de déposer votre contribution, vous pouvez d’abord consulter les contributions déjà déposées.
Pour consulter les contributions, cliquer sur le lien:

3.    Pour déposer votre contribution, aller sur le lien suivant:

4.    Cliquer sur « une contribution »

5.    Cliquer sur « SELECTIONNEZ UN OU PLUSIEURS THEMES » :
choisir « cadre de vie » et « paysage » par exemple

6.    Choisir VOTRE DEPARTEMENT :
17 ou 33 mais également « autre » si vous êtes résident ailleurs

7.    Dans le champ « OBJET » :
 indiquer « opposition au projet éolien du Blayais » par exemple ou quelque chose de similaire

8.    Dans le champ « VOTRE CONTRIBUTION » :
expliquer, brièvement ou moins brièvement, pourquoi vous êtes opposé au projet

9.    Remplir les champs « NOM », « PRENOM », « ADRESSE EMAIL » ET « VILLE »

10. Faire le calcul qui est demandé « RESOUDRE CETTE OPERATION » :
entrer le résultat dans le champ indiqué (c’est simplement un moyen de s’assurer que vous êtes une vraie personne et non un « robot » informatique qui remplirait le formulaire à votre place)

11. Cliquer sur « JE DEPOSE MA CONTRIBUTION »

12. Valider sa contribution
CETTE ETAPE EST ESSENTIELLE POUR VALIDER VOTRE CONTRIBUTION :
Vous allez ensuite recevoir dans les minutes qui suivent un email provenant du « registre numérique » dans lequel vous devrez cliquer sur « validation » pour que votre contribution soit réellement enregistrée. C’est un moyen de vérifier que votre adresse email est réelle et que vous ne l’utilisez pas plusieurs fois.
Attention : cet email va peut-être arriver dans vos courriers indésirables ou SPAM.


oooOooo

Photo d'écran du formulaire qui apparaitra sous le lien du point 3 ci-dessus, à remplir en ligne.