mercredi 3 octobre 2018

« Le marché « libéralisé » de l’électricité en Europe : bien réglementé et subventionné. »

Michel Quatrevalet, dans un article paru dans Contrepoints ce 3 octobre 2018, dénonce la contradiction entre la volonté de la Commission européenne de “libéraliser le marché” de l’électricité en Europe, et sa politique de règlementation et de subventions atteignant des montants faramineux.


« Sur un vrai marché libéral, personne n’investirait dans une éolienne ou un panneau solaire : ils produisent soit tous en même temps, et leur prix est bradé, soit ils n’ont rien à vendre... »
Extrait :
« Les ENR, énergies intermittentes, aléatoires et subventionnées, c’est-à-dire l’éolien et le solaire, ne permettent pas d’assurer la sécurité d’approvisionnement... Il faut donc un réseau de centrales électriques pilotables à la demande en parallèle avec les ENR.
Mais si on installe de plus en plus d’ENR, ces centrales « en secours » (en réalité, comme la capacité équivalente de l’éolien est de 25%, celle du solaire 11 %, c’est ce « secours » qui structure véritablement le réseau électrique) produisent de moins en moins, et de façon hachée, ce qui nuit à leur rendement, à leur longévité, et fait exploser leur coût au mWh puisque les frais fixes sont moins couverts. Plus personne ne veut donc investir dans ces centrales… »

Lire l’article ICI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire