mardi 23 octobre 2018

Conseil départemental/Dominique Bussereau : « Les projets éoliens mettent en danger de mort le développement touristique du département »

Le Blog de Nicole Bertin "Nicole Bertin Infos" relaie les discussions du Conseil départemental de Charente-Maritime lors de la séance du 22 octobre 2018.
Nous ne pouvons qu'encourager nos lecteurs à s'abonner au Blog de Nicole Bertin, excellente source d'informations sur la vie politique, culturelle, économique en Charente-Maritime; et bien sûr aux premières loges sur le sujet qui nous intéresse, DDME, à savoir le projet de parc éolien par EDF Renouvelables le long de l'estuaire de la Gironde, auquel nous nous opposons de toutes nos forces.
Retrouvez l'article sur le blog de Nicole Bertin ICI

Ou lire ci-dessous:
Il l’a dit haut et fort l’autre jour à Saint-Sorlin de Conac (et bien avant, comme l’a souligné Jean-Marc Bouffard, maire de Saint-Gorges de Didonne) et il l’a redit lundi matin au Conseil départemental qui ouvrait sa nouvelle session. Dominique Bussereau est contre l’éolien en Charente-Maritime, « le seuil de l’acceptable ayant déjà été franchi »…

Lundi matin, ouverture de la session du Conseil départemental
Devant ses collègues réunis à La Rochelle, Dominique Bussereau a rappelé son opposition à la montée en puissance des projets éoliens en Charente-Maritime. Sa crainte ? qu'ils entraînent la destruction des paysages. S’inspirant d’une expérience menée par Xavier Bertrand dans les Hauts-de-France, il est l’initiateur de l’Observatoire de l’éolien dont l’objectif est de recenser les projets, d’en informer le public et d'engager des recours si besoin est... afin « d’éviter l’inacceptable ». Il a été rejoint dans son combat par Lionel Quillet, conseiller départemental de l’Ile de Ré, Marie-Pierre et Didier Quentin (Royan), Françoise de Roffignac (Cozes), Loïc Girard (Gémozac), Marie-Christine Bureau et Bernard Louis Joseph (Mirambeau et Pons). Entre autres.

Dans l’hémicycle, un élu ne partage pas cet avis. Il s'agit de Guy Denier, maire de Périgny et conseiller départemental d’Aytré. Il s’interroge sur la place et la pertinence de cet observatoire alors que le pays est en pleine transition énergétique. Il demande donc au Président quelle est la position de cette strate supplémentaire : « je ne pense pas que ce soit une sage décision » dit-il. D’autant que les recours viendront s’ajouter à ceux, déjà systématiques, des particuliers et des associations. Et l’élu de rappeler « l’impérieuse nécessité » de rechercher des énergies nouvelles. En conséquence, il pense que « l’observatoire devrait prendre une autre tonalité où il serait plus utile »...

La réaction de Dominique Bussereau est immédiate. Cet observatoire verra le jour pour donner des informations sur les projets en cours, souvent cachés par quelques « aigrefins » qui ont réussi à convaincre agriculteurs et maires via des deniers sonnants et trébuchants. « Le seuil a été franchi dans le département » estime le Président qui va plus loin : « ces projets éoliens mettent en danger de mort le développement touristique ». Sans compter qu’en France, le traitement des déchets éoliens n’est pas au point et que le sable, qui entre dans la composition des tonnes de béton nécessaires au maintien des mâts dans le sol, est puisé au large des Mathes.
Si l’idée d’EDF Energies Nouvelles est de massacrer les espaces naturels situés en bordure d’estuaire, il y aura moult opposants pour faire entendre leurs voix. A une époque où il est question de développer les croisières fluviales, où le phare de Cordouan attend son classement au patrimoine mondial de l’Unesco (même intérêt pour Blaye), l’affaire fait grand bruit. Dominique Bussereau n’est pas contre l’éolien dans les endroits où il ne pose pas de problème. Mais en Charente-Maritime, où l'Aunis est envahi par ces « installations », il lance un grand "stop" : « certains édiles se moquent bien de leurs habitants au prétexte que les promoteurs leur annoncent des revenus importants. L’observatoire n’est pas un gadget ! » remarque-t-il.

Ce sentiment est partagé par Loïc Girard qui cite Dominique Marion, responsable de la Ferme de la Gravelle à Mortagne. Il y a 40 ans, ce dernier s’est battu contre l’implantation de la centrale nucléaire dans les marais de Braud Saint-Louis ; aujourd’hui il lutte contre les éoliennes. Aux côtés des écologistes, plusieurs acteurs locaux sont hostiles à cette perspective, les chasseurs en premier lieu. Ce projet aura-t-il du plomb dans les pales ? Nombreux le souhaitent car l’estuaire de la Gironde est un sanctuaire, lieu de passage des oiseaux migrateurs, écosystème étudié par Raphaël Musseau, diplômé de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris) et directeur de BioSphère Environnement. 

Pour sa part, le conseiller départemental de Saint-Jean d’Angély, Jean-Claude Godineau, admet qu’effectivement, son secteur est saturé en éoliennes...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire