vendredi 19 octobre 2018

400 éoliennes en Aunis et Saintonge d'ici 2028?

C'est par ce titre alarmant que nos amis du pays d'Aunis et des vals de Saintonge ont découvert leur journal "L'HEBDO 17" ce 18 octobre 2018.
Voyez plutôt:
Evidemment, il y a de quoi s'inquiéter. Face à cette menace, le journal fait le point sur la réunion du 11 octobre organisée par le Président du Conseil départemental, Dominique Bussereau (voir notre article ICI) au cours de laquelle ce dernier a confirmé la création d'un "observatoire de l'éolien" à l'instar de l'initiative de Xavier Bertrand dans la région des Hauts-de-France. C'est aussi lors de cette réunion que Michel Broncard, vice-président de la Fédération Environnement Durable, a fait part de ses vives inquiétudes et de ses doutes quant au pouvoir des politiques, face à des promoteurs qui "ratissent" auprès des propriétaires terriens pour implanter leurs projets. Ce sont entre 4000 et 10 000€ par an et par éolienne qui sont promis avec bail emphytéotique. De quoi faire fléchir, comme dit L'Hebdo17, les agriculteurs à petite retraite.
Accès au journal L'Hebdo 17 ICI

3 commentaires:

  1. J' approuve totalement l' initiative de D. BUSSEREAU, comme celle de X. BERTRAND dans les H. DE F.. Mais il leur faut aller au-delà, agir sur les pouvoirs publics, et soutenir les associations qui se battent contre l' éolien, y compris financièrement, en cas d' action judiciaire...

    RépondreSupprimer
  2. s'ils veulent produire de l'électricité chère et subventionnée avec nos impôts , et soudoyer nos pauvres paysans, acceptons de créer des champs de panneaux solaires en place des éoliennes qui rendent nos campagnes invivables .

    RépondreSupprimer
  3. Dominique BUSSEREAU doit aller plus loin pour enrayer cette folie destructrice de nos campagnes, car dans 20 ans, qui va enlever les 1500 tonnes de bétons armés a chaque pied d'éolienne . Rappelez vous les 13 078 blockhaus de notre belle côte
    il faut réagir, et faire comprendre que seule l'argent est le motif de ces éoliennes qui ne profitent pas aux communes ou elles sont installées . Il suffit de regarder les bilans de ces sociétés financières soutenues par un gouvernement aveugle . Réagissons, prenons des gilets anti-éomliens
    éoliens

    RépondreSupprimer