lundi 18 juin 2018

Que nous restera-t-il de cette incommensurable beauté qui s’étale si majestueusement sous nos yeux?

Un habitant de Saint-Thomas-de-Cônac s’interroge avec angoisse et colère face au projet d’implantation d’éoliennes industrielles dans les marais de l’estuaire de la Gironde

Photo G.M.


“…La première vraie et grande richesse de Saint-Thomas-de-Cônac, c’est son relief, ce sont ses paysages, ses marais et son estuaire. En un mot : sa beauté. Que nous restera-t-il de cette incommensurable beauté qui s’étale si majestueusement sous nos yeux?...
Photo G.M.
L’éolien, énergie verte ? Dans des lieux désertiques, passe encore… Mais dans de tels espaces, comme celui de nos marais, où l’on va détruire la faune et la flore, c’est un discours dit écologique qui ne tient pas la route dix secondes.
Et surtout… qu’on ne nous fasse pas la morale, qu’on ne nous taxe pas d’égoïsme en prétextant que nous sommes bien contents de consommer l’électricité sans participer à l’effort de sa production car voici maintenant 40ans que notre région assume la présence d’une centrale nucléaire avec tous les risques afférents…

Et… combien de fois nous a-t-on rabattu les oreilles avec Natura 2000 pour la préservation de l’environnement ? Combien de permis de construire refusés ? Et soudain, d’un seul projet, on renie tout. Tout : sa foi pour la préservation des espaces naturels et sa foi pour la parole donnée. Ceci s’appelle une haute trahison... ».

Extrait d’une lettre de Dominic Rousseau, auteur de « Saint-Thomas-de- Cônac : une histoire en bord d’estuaire » (Impr. Michot, Jonzac 2008)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire