mercredi 13 juin 2018

La gabegie de l'éolien financée par... le contribuable




Extrait d’un entretien avec Jean-Louis Butré, Président de la Fédération Environnement Durable (FED), paru dans Valeurs Actuelles le 13.12.17
-           « ...Le ministre Hulot annonce 20.000 éoliennes de plus (aujourd’hui, la France en compte 7.000) d’ici 2023… Ces  machines, qui peuvent atteindre désormais 230 mètres de haut et être implantées à 500 m d’une habitation,  sont  composées  d’un socle de béton armé de 1500 tonnes, d’un mât en acier ou en béton de plus de 100 mètres et d’une nacelle contenant le générateur d’électricité entraîné par une hélice tripale. Chaque pale peut atteindre 60 mètres.  La nacelle pèse plus de 70 tonnes. Le coût complet de sa construction est de l’ordre de 3 millions d’euros.

...
-           « S’il est prouvé que des élus locaux ont pris part au processus décisionnel, ces pratiques correspondent à des prises illégales d’intérêts qui ont  été dénoncées dès  2015 par les rapports du  Service Central de Prévention de la Corruption. »[1]
...
-           « C’est le credo officiel que les entreprises françaises sont impliquées dans ce projet. Or, Alstom et Areva, ont fait  défection. Alstom, pourtant un des fleurons de l’industrie française, a été vendu à l’américain General Electric, et Areva a sombré  corps et biens dans l’éolien maritime. Après avoir programmé le massacre de la France par 20.000 éoliennes terrestres géantes importées d’Allemagne et du Danemark, nos dirigeants ont donc désormais décidé de saccager aussi un littoral jusqu’ici préservé, au mépris de l’économie locale et de la protection indispensable de l’océan. »
-           « On fait croire aux consommateurs qu’ils leur vendent une électricité  verte, vertueuse et  gratuite. Cette   électricité éolienne est dispersée sur le territoire, ce qui entraine la construction d’un nouveau réseau de collecte et de distribution d’électricité, des milliers de kilomètres de lignes électriques, des milliers de pylônes et de transformateurs. En outre, comme il s’agit d’une électricité intermittente, en l’absence de vent, ce sont  des centrales thermiques qui prennent le relais et émettent des gaz à effet de serre. »
-           « Yves Cochet, alors ministre, a inventé le système de tarif de rachat de l’électricité éolienne, par le groupe EDF à un prix garanti, anormalement élevé, obligatoire et prioritaire sur 15 ans. Pour combler le  gouffre financier  ainsi  créé, les consommateurs s’acquittent d’une taxe, la CSPE, qui atteint aujourd'hui 23% du montant de leur facture… »
-           «La situation économique d’EDF est fortement dégradée : des fonds propres inférieurs à 20 milliards d’euros, une action en forte baisse (- 66 % depuis 2014), un endettement qui s'est envolé (40 milliards, soit plus de la moitié de son chiffre d’affaire), des retraites non provisionnées évaluées à plus de 60 milliards d’euros, une fusion périlleuse en cours avec Areva qui totalise de son côté 4,8 milliards de pertes… C’est un scénario de faillite programmée. »
oooOooo
Lien vers l’entretien ici


[1] Nous ajoutons cette question : les propriétaires des terrains où elles seront construites se sont-ils posés la question de leur responsabilité, ou de celle de leurs héritiers, le jour venu de leur démantèlement, sans oublier les 1500 tonnes de béton armé qu’ils auront laissé  planter dans leur sol?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire